Végétarien : Memphis Meat, la première viande sans viande

Ecrit par

L’avenir de l’alimentation pourrait bien se trouver chez une entreprise indienne nommée Memphis Meats qui a créé la première viande produite en laboratoire.

En 2013, le premier burger réalisé avec de la viande "artificielle", c’est-à-dire fabriqué à partir de cellules clonées, a été dégusté à Londres. Aujourd’hui, une entreprise indienne souhaite commercialiser des boulettes conçues in vitro. Memphis Meats a été créé par Nicholas Genovese, Will Clem et Uma Valeti, trois scientifiques qui se sont inspirés des recherches en cours réalisées à travers le monde pour pouvoir être les premiers à produire cette viande à des fins commerciales. Le principe de fabrication est très simple : les scientifiques prélèvent des cellules de chair animales qui sont ensuite clonées. Si pour l’instant l'entreprise se concentre sur le bœuf, le processus pourrait parfaitement être reproduit avec le poulet ou dans un avenir plus lointain, avec du poisson. Bien entendu, l’entreprise avance un argument imparable souvent avancé par les mouvements végétariens : ne pas manger de viande sauve des animaux. Dans les faits, les avantages économiques et écologiques sont nombreux puisque la production de boulettes Memphis Meats réduit de "96% les émissions de gaz à effet de serre, de 99% l’utilisation de terre cultivable et de 96% de consommation d’eau". Enfin, aucun animal n’a été blessé pendant la fabrication d’une boulette de viande.

Végétarien : Memphis Meat, la première viande sans viande

Car il s’agit bien de viande hachée, et c’est pour beaucoup la source du problème. Le processus de fabrication implique que la concentration de chair soit trop faible pour fabriquer un steak de plusieurs kilos. Par conséquent, les chercheurs misent tout sur la viande hachée, et dans le cas de Memphis Meats sur la boulette de viande traditionnelle (pour l’instant, l’inspiration vient de la célèbre boulette italienne). Si les carnivores assurent toujours que rien ne remplacera la "vraie" viande, l’intérêt nutritif est inégalable et cette production très maîtrisée permet de réguler très précisément l’équilibre entre viande et graisse. L’entreprise avance également l’idée que son produit est la solution pour nourrir les quelques 9,6 milliards d’êtres humains qui peupleront la terre en 2050. Pour le prix enfin, si le premier steak haché coûtait près de 325 000$ il y a quelques années, l’entreprise indienne assure que leur boulette de viande ne leur revient qu’à 12$, un prix qui baissera encore radicalement dans les prochaines années. En attendant de trouver ce produit dans nos supermarchés, vous pourrez découvrir les alternatives qui existent actuellement dans le monde du végétarisme ou du véganisme au festival Veggie World de passage à Paris les 2 et 3 avril prochain. Que pensez-vous de cette nouveauté?