Urban Outfitters se lance dans la pizza

Ecrit par

Le groupe spécialisé dans le prêt-à-porter et la décoration d’intérieur Urban Outfitters a décidé de diversifier ses activités en misant sur les pizzas.

C’est une bien drôle d’idée qu’a eu Urban Outfitters et qui en surprendra sans doute plus d’un. Le groupe connaît de sérieuses difficultés économiques depuis quelques années et a notamment vu son chiffre d’affaires diminuer de presque 20% l’an dernier. Il a donc décidé, pour améliorer sa trésorerie, de se lancer dans une toute autre activité que le prêt-à-porter à savoir la pizzeria. Urban Outfitters n’a toutefois pas décidé d’acheter n’importe laquelle puisque c’est la chaîne Vetri, dont les pizzas ont été élues les meilleures du pays par le magazine Food and Wine, qui a séduit le célèbre groupe. Au vu de l'originalité affichée de la marque, on aurait pu penser au rachat d'une pizzeria dans le même esprit comme par exemple celle proposant des pizzas à la bière ou aux smarties, mais il n'en est rien. Si ce choix d’activité est quelque peu original, les investisseurs semblent en tout cas rester sur leurs gardes quant au fait que cette stratégie puisse redresser la société. L’information a en tout cas le mérite de faire beaucoup parler d’elle dans la presse et ce, quelques heures à peine après sa confirmation.

Il faut dire que la pizza semble avoir un bel avenir devant elle. Si certains l’associent surtout à de la malbouffe, d’autres considèrent qu’elle peut être un véritable théâtre d’expression artistique et n’hésitent pas à le prouver en postant leurs photos de pizzas décorées sur Instagram. Urban Outfitters a donc bien compris qu’il y avait sans doute là un coup à jouer : "Nous pensons que nous avons là une opportunité incroyable de développer le concept de la pizzeria Vetri", déclare le PDG d’Urban Outfitters, Richard Hayne. Les investisseurs sont en tout cas, eux, pour l’instant beaucoup moins optimistes et l’action du groupe a perdu 7.4% lundi, à l’annonce du rachat de la chaîne de pizzerias. Les choses semblent donc relativement mal engagées. L’avenir nous dira si Richard Hayne a réussi son pari.