Une Pussy Riot est en grève de la faim

Ecrit par

Une des jeunes femmes emprisonnées du groupe Pussy Riot a entamé lundi 23 une grève de la faim. meltyFood vous en dit plus sur les raisons du choix extrême de la jeune russe.

Une des jeunes prisonnières russes, Nadejda Tolokonnikova, du groupe contestataire Pussy Riot a démarré lundi une grève de la faim. Elle a pris cette décision dans le but de dénoncer les conditions de détention de son camp de travail. C’est dans une lettre écrite à son avocat que la courageuse jeune femme témoigne. Son camp se situe en Mordovie, c’est-à-dire à 600 km à l’est de Moscou. Difficile de ne pas penser au Goulag soviétique lorsqu'on lit son récit. La jeune russe accuse le directeur adjoint du camp, Louri Kouprionov de l’avoir menacée de mort le 30 août après qu’elle se soit plainte des conditions de travail et de détention. On se souvient duprocès des Pussy Riot qui avait été interrompu et dont on avait beaucoup parlé. Selon elle, les détenues sont humiliées et réduites à l’état d’esclavage. Elles sont forcées de travailler 16 à 17 heures par jour et privées de sommeil ainsi que des conditions d’hygiène élémentaires.

Nadejda Tolokonnikova est une ancienne étudiante en philosophie et mère d’une fille de 5 ans. Elle a été condamnée en août 2012 à deux ans de détention à cause d’une "prière punk" contre Vladimir Poutine, chantée dans la cathédrale de Moscou. Vous pouvez lire sa lettre sur lesinrocks.com. Voici le début : “Je commence le lundi 23 septembre une grève de la faim. C’est une pratique extrême mais je suis convaincue que c’est la seule solution qui s’offre à moi pour sortir de ma situation actuelle". Elle termine par : "Je le ferai jusqu’à ce que l’administration commence à se conformer à la loi et arrête de traiter les femmes incarcérées comme du bétail éjecté du domaine de la justice dans le but d’alimenter la production de l’industrie de la couture, jusqu’à ce qu’ils nous traitent comme des humains." On se souvient d'une autre grève de la faim celles des médecins et juristes américains qui dénonçaient l’alimentation forcée des détenus de Guantanamo.

Une Pussy Riot est en grève de la faim - photo
Une Pussy Riot est en grève de la faim - photo
Une Pussy Riot est en grève de la faim - photo