Thierry Marx, bientôt une école de cuisine à Besançon?

Ecrit par

Après avoir ouvert une première école de cuisine gratuite dans la capitale en 2012, le chef deux étoiles Thierry Marx a annoncé sur le plateau de "On n'est pas couché" l'ouverture prochaine d'un second établissement à Besançon.

Une école de cuisine gratuite pour devenir chef en douze semaines, ça existe ? C'est, en tout cas, l'idée qu'a eu Thierry Marx lorsqu'il a ouvert son tout premier établissement, "Cuisine mode d'emploi", dans le vingtième arrondissement de Paris en 2012. Sur le plateau de l'émission On n'est pas couché du samedi 16 mai 2015, le chef deux étoiles a annoncé devant les caméras de France Télévisions son intention d'ouvrir une seconde école à Besançon. Selon un article paru dans le journal l'Est Républicain, la formation est destinée aux personnes en difficulté : les bénéficiaires du RSA, les chômeurs longue durée ou encore des anciens détenus en réinsertion. Avec un certificat de qualification professionnelle de commis de cuisine ou de service en salle option sommelier à la clé, Thierry Marx va faire une centaine d'heureux en leur offrant une chance d'intégrer le monde du travail et c'est un projet qui lui tient particulièrement à cœur. Ayant lui-même failli sombrer du côté obscur de la force durant sa jeunesse, notre ex-juré de Top Chef met un point d'honneur à aider son prochain dans la mesure du possible.

Chef cuisinier, juré et maintenant business man, Thierry Marx semble réussir tout ce qu'il entreprend, y compris la création de son école de cuisine mais ça n'a pas été simple. Pour pouvoir monter son projet, l'ambassadeur de la marque Lustucru a bâti un modèle économique reposant sur plusieurs modes de financement : à la fois public (collectivités locales et Etat à 20%), privé (mécénat d'entreprises à 30%) et par les revenus du restaurant d'application (50%). Fort de son succès, l'établissement parisien ne peut, bien entendu, pas accueillir tout le monde, d'où la volonté du chef d'en ouvrir d'autres. Besançon est donc la seconde ville à accueillir "Cuisine mode d'emploi" et elle n'a pas été choisie au hasard. "Tout d’abord, les élus et les représentants de l’Etat sont très impliqués. Nous avons déjà rencontré Jean-Louis Fousseret à de multiples reprises. Ensuite, il faut aussi que les acteurs de la branche Restauration soient prêts à accueillir des stagiaires, ce qui est le cas. Enfin, il faut que ces formations répondent à une demande. Or il y a dans la région un véritable déficit en personnel qualifié" selon Véronique Carrion, la responsable de l'école. Quant aux autres projets d'ouverture, un troisième établissement doit voir le jour dans le Sud du pays mais aucune date n'a encore été annoncé.