The Blood Type Diet, le régime qui s’adapte en fonction de votre groupe sanguin

Ecrit par

The Blood Type Diet est un régime qui a vu le jour il y a plus de 50 ans, mais qui est entrain de revenir en force. Si son concept repose sur les propriétés du groupe sanguin de chaque individu, ses conseils alimentaires sont trop drastiques pour être réalisés sur du long terme.

L’été approche et l’un des sujets prédominants côté nutrition, c’est évidemment le régime. Qu’il soit de courte durée pour se remettre en forme après une période de laisser-aller, ou adopté en guise de nouveau mode alimentaire, le régime requiert de prendre certaines précautions. En effet : combien de diètes ont été adorées par les médecins, les médias et même certaines starlettes puis ensuite dénigrées car finalement considérées comme dangereuses pour la santé? Des centaines. Aujourd’hui, l’heure est à la recherche de régimes alimentaires plus proches du métabolisme de chaque individu, de ses caractéristiques propres et même de son mode de vie. Ceci expliquerait donc le récent engouement pour un ancien régime : The Blood Type Diet. Adopté par l’ex fiancée de Cristiano Ronaldo et top model Irina Shayk, nos camarades de Femme Actuelle ont également traité le sujet récemment.

L'emmergence de The Blood Type Diet

Pour mieux comprendre le principe de ce régime, il faut revenir à ses origines, et elles ne sont pas récentes ! En 1950, un naturopathe américain répondant au nom de James D’Adamo a passé plusieurs mois au sein de cures thermales en Europe. Ceci afin d’étudier les différentes réactions des curistes face à un seul et même régime souvent végétarien, mais dans tous les cas faible en gras. Partant du principe que le sang est le principal vecteur des nutriments, il décida de tester différentes protocoles alimentaires en fonction du groupe sanguin de chacun. En 1980, il publie son propre ouvrage “One Man’s Food” (venant de l’expression “l’aliment de l’un est poison pour l’autre”) dans lequel il dresse des constats et donne des conseils alimentaires. C’est son fils, James D’Adamo qui reprend le flambeau en 1996 en affûtant la thèse de son paternel dans “Eat right 4 your type” (traduit par "4 groupes sanguins, 4 régimes").

Les vertus supposées du régime

Se voulant pointu et adapté à chaque individu, le régime The Blood Type Diet assure prévenir plusieurs affections virales et bactériennes. Il permettrait également de renforcer le système immunitaire et donc de protéger le foie, et prévenir de maladies cardiovasculaires, les cancers ou encore le diabète. S’il a les capacités de ralentir le processus de vieillissement de l’organisme, la perte de poids varie d’un individu à l’autre.

Le concept

The Blood Type Diet se base sur l’hypothèse que les quatre groupes sanguins existants (O, A, B, AB) possèdent des compositions chimiques et des antigènes différents. Or, selon les recherches D’Adamo, certains aliments pourraient stimuler des antigènes à produire des anticorps, et sur la durée, devenir néfaste à l’organisme. Alors, le régime conseille a chaque individu de se tenir à un régime adapté à son propre groupe sanguin. Par exemple, le groupe O serait le plus ancien groupe (du temps des hommes chasseurs-cueilleurs) et donc ses porteurs supporteraient mal les céréales et devraient consommer beaucoup de viande. Le groupe A (découvert au moment de l’expansion de l’agriculture) encourage à adopter un régime alimentaire végétarien quand le groupe B et AB pourraient consommer une plus large gamme d’aliments. Nous vous invitons à étudier un des tableaux récapitulatifs du livre, tout en stipulant que l’ensemble des détails de chaque diète se trouve dans les ouvrages de Peter D’Adamo.

On constate que si tous les groupes sanguins ne toléreraient pas le porc, le saumon fumé, le son de blé, la noix de coco, le poivre et on en passe… d’autres ont des consignes très pointues. Les groupes B et AB ont le droit de manger de la dinde, mais pas du poulet ! Compliqué… L'aberration qui nous saute aux yeux, outre le fait d’interdire certains éléments sains à notre alimentation sous prétexte que notre sang l’assimilerait de la mauvaise façon, c’est que Peter D’Adamo décrit le tempérament des individus selon leur groupe, quelles activités physiques ils devraient faire et même le style de vie à adopter. Sachant qu’aucune clinique n’est venue démontrer l’impact positif de cette diète, attention donc à ne pas tomber dans l’excès au risque de provoquer de vives carences.