TCA : L'amendement contre les sites pro-ana vient d'être levé car contre-productif

Ecrit par

Après avoir tergiverser pendant des mois concernant le délit à infliger aux divers sites pro-ana, le gouvernement retire l’amendement qu’il venait d’imposer, à savoir la prison avec sursit et 10 000 euros d’amende. De telles mesures encourageraient la propagande plutôt que de l’endiguer.

Les sites pro-ana, les blogs incitant à la maigreur, les comptes Instagram encourageant les séances de sports excessives se multiplient au même rythme que notre société évolue. Pour contrer cette triste mode et vaincre les TCA, le Troubles du Comportement Alimentaire, le gouvernement avait, en avril dernier, imposé un amendement envers le délit d’incitation à la maigreur excessive. Ces mesures visaient particulièrement les sites internet qui exposaient des conseils, des photos de corps amoindris et autres encouragements morbides louant la maigreur. Les politiques en avaient déduit qu’il fallait punir sévèrement ces incitateurs en imposant une nouvelle loi française contre les TCA, punissant jusqu'à un an de prison et 10 000 euros d’amende.

TCA : L'amendement contre les sites pro-ana vient d'être levé car contre-productif

Il faut savoir que ces mesures ont été prises face à la gravité des faits : aujourd’hui en France, plus de 600 000 personnes sont touchées par les TCA, dont 9 cas sur 10 concernent les femmes. Une brèche dans laquelle certains malfaiteurs ou victimes malheureuses se sont glissés par milliers on dénombre aujourd’hui par milliers. Mais le 25 Novembre dernier, la député de Haute-Garonne et socialiste Catherine Lemorton a proposé de lever l'amendement du délit incitant à la maigreur excessive. Approuvé par l’Assemblée Nationale, tout le corps politique est arrivé à la conclusion que ce délit s'avèrerait contre-productif et pouvait même empirer la situation. Marisol Touraine, la Ministre de la santé, a admis ne pas vouloir “repousser dans la clandestinité des jeunes ou moins jeunes” victimes de l’anorexie. Un problème qu'a su surpasser cette anorexique qui a demandé de l'aide aux internautes et récolté une coquette somme d'argent.

Qu’en disent les professionnels de la santé? Il ont toujours exprimé leur refus face à cette décision. Pour eux, le réel problème des TCA ne se règle pas en punissant les acteurs. Le soucis vient de l’influence des réseaux sociaux, qui poussent les gens malades à se dé-sociabiliser, à agir comme dans une secte où chacun se tire vers le bas. En Février dernier, une pétition lancée par des médecins avait d’ailleurs était proposée aux politiques afin de lutter efficacement contre ce vrai problème de société. Le but : développer massivement les établissements spécialisés dans les TCA, qui aujourd’hui ne sont présente qu’au nombre de 22. De Bernadette Chirac à Sophie Davant en passant par Mireille Darc ou Tatiana de Rosnay… beaucoup de politiques, philosophes ou artistes se sont mobilisés et signés la pétition. Espérons que cette mesure soit envisager plus sérieusement par le gouvernement.