Santé : Nos goûts évoluent-ils avec l'âge ?

Ecrit par

Aujourd'hui vous adorez peut-être les choux de Bruxelles et le riz au lait, mais qu'en était-il de l'époque de votre enfance ? Nous nous souvenons tous de nos cauchemars culinaires, et pourtant maintenant on en redemande avec le sourire. Une étude a effectivement prouvé que certains aliments devenaient appréciables à partir d'un certain âge.

En tant qu'adultes, nous adorons les apéritifs avec olives, anchois et fromage de chèvre. Mais ce sont typiquement des aliments que nous n'aurions pas toléré étant enfants. En effet, une étude sur 2000 britanniques vient de démontrer que l'âge avait un lien direct avec la tolérance aux goûts forts et amers. Alors la fin du traumatisme de finir son assiette aurait-il sonné? Tout commence par le lait maternel qui habitue le nourrisson à des saveurs extrêmement douces en bouche. Nous avions appris, grâce à la grossesse de Kate Middleton, quels aliments étaient interdits pendant l'allaitement et pour quelles raisons. Vient ensuite l'éducation du palais, qui explique les première réticences face à des aliments forts. L'âge moyen à partir duquel tous les goûts et appréhensions se débloquent est 22 ans, mais certains aliments ont leur propre limite. Par exemple, il a été prouvé que les aubergines et les poivrons avaient du succès à partir de 21 ans, le roquefort 22 ans et les huîtres 24 ans.

Santé : Nos goûts évoluent-ils avec l'âge ?
Santé : Nos goûts évoluent-ils avec l'âge ?

La recherche montre également que le rôle de la cantine est primordiale dans cet apprentissage des parfums. Il a d'ailleurs été drôle de constater la réaction d'adultes testant la cuisine des cantines américaines en video. Mais comme tout souvenir s'éduque, il est normal et logique que les enfants qui ont été forcés à manger des choses qu'ils n'appréciaient pas forcément en premier lieu sont plus à l'aise en tant qu'adolescents et adultes face à des plats qu'ils n'adorent toujours pas. L'ouverture du palais se fait dès le plus jeune âge et encourage les goûts à se développer dans le futur. La nutritionniste Karen Poole explique "notre aptitude aux goûts vient de l'apprentissage et la reconnaissance de différents aliments." Biologiquement, notre corps est construit de telle façon que le palais apprécie de plus en plus, avec l'âges, des saveurs plus forts et plus nuancées. Aussi, il est tout à fait naturel de constater que l'horizon des saveurs s'enrichie au fur et à mesure des expériences personnelles et de facteurs tels que des voyages, des invitations à l'extérieur et même des cours de cuisine, faisant de nous des êtres de plus en plus informés et aventureux. Et vous, quel aliment détestiez-vous enfant dont vous ne pouvez plus vous passer?