Supermarchés : Les premiers prix ne sont pas moins bons pour la santé

Ecrit par

D'après une étude de l'Observatoire de l'Alimentation (Oqali) publiée ce mercredi, d'un point de vue nutritionnel, les produits premier prix et de marque sont globalement similaires.

Longtemps accusés d'être trop gras, trop salés ou trop sucrés, les produits premier prix ou "d'entrée de gamme" ne sont pas plus néfastes pour la santé que les marques, selon l'Observatoire de l'Alimentation (Oqali). Comme pour les régimes de sportifs, il est temps d'abandonner les idées reçues. En association avec l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) et l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), plus de 16 000 références récoltées entre 2008 et 2011 ont été passées au crible. Ce recensement a permis de tirer des conclusions générales et d'autres plus nuancées. En sachant que 90% des emballages industriels détiennent un étiquetage détaillé (valeur énergétique, protéines, glucides, lipides, et éventuellement fibres, sodium, acides gras saturés et sucres), et 62%, encore plus précis, toutes les informations ont pu être correctement vérifiées.

Supermarchés : Les premiers prix ne sont pas moins bons pour la santé

Résultat, globalement, tous les produits se valent d'un point de vue nutritionnel. Contrairement aux idées reçues, ils ont un apport calorique et une composition similaires. De plus, les allergènes sont affichés sur l'ensemble des étiquetages, donc plus la peine d'avoir peur. Seule exception, la viande, en particulier les lardons. Le mythe se confirme ici : les lardons premier prix ont un taux de lipides plus élevé et un taux de protéines moindre que les lardons de marque. A savoir aussi que pour les produits transformés du type biscuits ou plats préparés, la teneur en huile de palme et en additifs s'avère beaucoup élevée parmi les produits moins chers. Pour le reste, il n'est pas nécessaire de toujours investir. La dernière nuance existante entre les produits "entrée de gamme" et de marque, est qu'il y a moins de variété dans le premier cas. Par exemple, il existe encore très peu de produits allégés premier prix et les déclinaisons de saveurs sont moins nombreuses. Achetez-vous des produits premier prix ?