Le sel diminue le système immunitaire

Ecrit par

De nouvelles études américaines montrent les effets du sel sur le système immunitaire. Les chercheurs pensent que le sel active un type de cellules impliquées dans certaines fonctions auto-immunes créant un dysfonctionnement du système immunitaire.

Le sel avait déjà fait l'objet d'études et notamment une qui en avait conclu qu'il pouvait être un traitement contre le cancer, mais ces dernières études américaines dénoncent les effets négatifs de celui-ci sur le système immunitaire. Est-ce qu'un régime alimentaire riche en sel entraîne un dysfonctionnement du système immunitaire, et le déclenchement de certaines maladies auto-immunes comme la sclérose en plaque ou le diabète de type 1 ? Ce sont les conclusions qui se dégagent des nouvelles études américaines analysant l'effet du sel sur les cellules immunitaires. Selon les chercheurs, le sel active certaines cellules impliquées dans des fonctions auto immunes. Les scientifiques ne savent pas encore ce qui déclenche ce dysfonctionnement, mais ils pensent qu'un facteur environnemental est à blâmer.

Le sel diminue le système immunitaire

Une étude de l'Hôpital de boston menée l'année dernière sur des animaux et publiée dans le journal américain Nature, montre que le sel augmente certaines cellules du système immunitaire : les cellules Th17. Ces cellules, impliquées dans le déclenchement de l'inflammation, peuvent être impliquées dans le dysfonctionnement du système immunitaire qui se met à attaquer les tissus sains. Cette étude montre que les animaux nourris avec un régime riche en sel pendant trois semaines ont une augmentation du nombre de cellules Th17 par rapport à ceux nourris avec un régime alimentaire normal. Les animaux à l'alimentation riche en sel ont aussi des symptômes plus graves d'une maladie auto-immune appelée encéphalomyélite auto-immune, qui est une version animale de la sclérose en plaques. Dans une nouvelle étude de l'Hôpital de Boston, les chercheurs comparent les niveaux de cellules Th17 de 20 personnes en bonne santé : la moitié suit un régime riche en sel pendant cinq mois, alors que la moitié suit un régime alimentaire normal. Une deuxième étude de l'Université de Yale s'intéresse à 30 patients atteints d'une maladie auto-immune qui suivent un régime alimentaire de dix jours riche en sel. Leurs cellules immunitaires seront mesurées, puis, après une pause de trois jours ils suivront un régime alimentaire normal, mesurées de nouveau. Cela aidera à montrer si le sel joue un rôle dans le déclenchement de maladies auto-immunes. Alors que les français consomment trop de sel, ces études pourraient permettre de mieux comprendre et soigner les maladies auto-immunes. Des études salées qui vont pouvoir faire avancer la recherche médicale.