Kilo vite perdu, kilo vite repris, un mythe

Ecrit par

Une étude australienne réalisée par les chercheurs de l'université de Melbourne sur 204 hommes et femmes obèses répartis en deux groupes, montre que ceux qui suivent un régime rapide tout comme ceux avec un régime plus lent avaient, à terme, les mêmes chances de reprendre l'essentiel du poids perdu. Ces recherches contredisent les conseils généralement donnés aux personnes qui suivent des régimes.

A l'heure où les régimes sont une véritable obsession, des chercheurs de l'Université de Melbourne lancent un pavé dans la mare, et vont à l'encontre des conseils des diététiciens et nutritionnistes qui recommandent de ne pas maigrir trop rapidement. Les chercheurs ont conclu que les régimes longs ne garantissent pas nécessairement un meilleur maintien du poids à long terme que les régimes courts. Cette étude a été réalisée sur 204 hommes et femmes obèses âgés de 18 à 70 ans répartis en deux groupes. Le premier groupe a suivi un régime très restrictif de 450 à 800 calories par jour pendant douze semaines, tandis que le second a réduit son apport énergétique de 500 calories par jour pendant une durée de trente-six semaines. Chaque groupe a ensuite suivi un programme alimentaire pour stabiliser la perte de poids sur 3 ans. Résultat : à la fin de l'expérience, les personnes des deux groupes ont repris 70 % des kilos perdus.

Kilo vite perdu, kilo vite repris, un mythe

Au cours de cette étude publiée dans la revue médicale The lancet Diabetes and endocrinology, les 204 participants avaient l'objectif commun de perdre 15% de leur poids. Le Professeur Joseph Proietto, du département de médecine de l'université de Melbourne et auteur principal de l'étude explique "Nos données doivent inciter les commissions qui développent des recommandations cliniques pour la prise en charge de l'obésité à modifier leurs conseils". Il ajoute "il y a plusieurs façons de perdre du poids mais la chose la plus important dans la gestion de l'obésité est de conserver sa perte de poids après." L'étude a quand même montré quelques différences entre les deux groupes. En effet, 81 % de ceux suivant un régime très restrictif, donc du premier groupe ont atteint leur objectif de perte de poids contre seulement la moitié de l'autre groupe. Mais attention, les régimes courts et drastiques ne sont pas sans danger surtout si le patient ne fait pas l'objet d'une surveillance médicale. Il existe de nombreux régimes insolites, mais il semble que cette étude va à l'encontre que la légende urbaine selon laquelle les kilos vite perdus sont vite retrouvés. Donc la vitesse à laquelle on perd du poids n'aurait pas d'influence sur le nombre de kilos repris. Privilégiez donc les régimes à long terme et une bonne alimentation.