Ramadan 2016 : L'idée WTF du vin sans alcool

C'est sûrement l'idée marketing la plus bizarre que nous ayons vu passer ce mois-ci : le vin sans alcool "spécial Ramadan". Oui, vous avez bien lu.

Le mois du Ramadan approche, les musulmans du monde entier commenceront bientôt à jeûner. En attendant que la date de début soit connue, les marques s'intéressent de près aux besoins de ces consommateurs spécifiques. Les musulmans ont l'habitude de rompre le jeûne à la nuit tombée autour de grandes tablées, ce qui fait aussi - paradoxalement - du mois de ramadan une période de grande consommation. Les recettes traditionnelles côtoient des produits alimentaires plus modernes comme Coca-Cola par exemple. Ce n'est pas pour autant que les musulmans se mettent à avaler n'importe quoi ! L'islam a conservé un certain nombre de tabous alimentaires. Pas besoin d'être un grand théologien pour savoir que les musulmans ne boivent pas d'alcool. Dans le Coran, les sourates les plus anciennes interdisent l'ivresse (notamment pendant la prière). Dans les sourates plus tardives - dites "médinoises" - le vin est explicitement interdit, avec les jeux de hasard, les pierres dressées et les flèches de divination (anciennes pratiques païennes préislamiques). On vous laisse deviner les réactions sur les réseaux sociaux quand on propose du vin sans alcool... spécial ramadan.

Heureusement, les twittos ont de l'humour. Notons que tous les savants musulmans ne sont pas unanimes concernant l'interdit. Est-ce l'ivresse ou le vin lui-même qu'il faudrait éviter ? Proposer du vin sans alcool "spécial ramadan" passe donc au choix pour une innovation audacieuse... ou un rien provocatrice, à vous de voir. Nous devons cette idée baroque à l'enseigne Leader Price, qui profite du calendrier pour promouvoir les boissons sans alcool. Vous trouverez dans son catalogue les vins B'Happy et Bonne Nouvelle de la marque Vinadéis. Déclinés en trois couleurs (rouge, blanc, rosé), ils sont en vente autour de 4€ la bouteille. Et non, le vin sans alcool ne s'appelle pas du jus de raisin. Chez meltyFood, on s'est naïvement posé la question. Le vin désalcoolisé est réglementé par l'Union Européenne, il ne peut pas contenir plus de 0,3% d'alcool. L'absence d'arômes (qui arrivent pendant la fermentation) cantonne généralement ce breuvage à la catégorie des vins aromatisés. Pas forcément un grand cru, du coup. Quant à savoir si cette boisson aura du succès... nous verrons cela dans notre dossier spécial quand le jeûne aura commencé !

Source : www.rayon-boissons.com