Purple Drank, le cocktail qui séduit les ados

Ecrit par

Les adolescents sont de plus en plus nombreux à succomber à la mode du Purple Drank. Cocktail à base de sirop pour la toux et de soda, cette boisson peut provoquer à forte dose hallucinations, vomissements voire comas.

Purple Drank, ça vous dit quelque chose ? Eh non, ce n'est pas le nom d'un jus de fruits à la myrtille mais celui d'un cocktail faisant de plus en plus fureur chez les adolescents selon un article du Parisien. Mixant soda et sirop contre la toux à la codéine (une molécule aux propriétés analgésiques), cette boisson a tout d'abord vu le jour aux Etats-Unis avant de débarquer en France et c'est loin d'être une bonne nouvelle pour les spécialistes de la santé. À forte dose, le Purple Drank peut avoir des effets déstressants et euphorisants mais aussi provoquer des hallucinations. Et pour en augmenter ou en faire durer les effets, certains petits malins s'amusent à rajouter de l'alcool ou du cannabis dans la mixture. Mais ce que les jeunes ignorent, c'est qu'en consommer trop peut avoir des conséquences dramatiques pour notre santé en plus de nous rendre dépendants : risques respiratoires, vomissements, convulsions voire comas. Pire, n'importe qui peut en préparer chez soi puisque tous les ingrédients du cocktail peuvent être obtenus sans ordonnance. Un phénomène qui confirme les résultats de la nouvelle étude de l'Inpes publiés sur meltyFood : les jeunes sont de plus en plus dépendants à l'alcool.

Purple Drank, le cocktail qui séduit les ados

Ce n'est pas pour rien si l'alcool est considéré comme plus dangereux que la marijuana selon les Américains. Fort heureusement, cette pratique n'est pas encore très répandue en France depuis son apparition en 2013 mais suffisamment pour tirer la sonnette d'alarme. Selon l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), plusieurs cas d'hospitalisation ont été signalés mais elle préfère nuancer ses propos : "'le type d'effets et la rapidité de déclenchement d'effets indésirables, comme les vomissements, font que ce n'est pas une pratique qui se prête à la fête et cela devrait limiter sa propagation." Du côté de l'Ordre des pharmaciens, ses adhérents ont reçu pour consigne de rester vigilants s'ils voient des jeunes acheter ce type de sirop en grande quantité.