Coca-Cola : Pénurie de sodas sucrés au Vénézuela

Ecrit par

Rien ne va plus au Venezuela. L'économie du pays s'effondre, la production de sucre aussi... Coca-Cola ne peut plus produire certains de ses sodas.

Sale temps au Venezuela. L'économie du pays s'effondre depuis quelques mois. Faute de matières premières, plusieurs grands groupes alimentaires américains suspendent leur production dans le pays. C'est le cas de Coca-Cola, rattrapé par la pénurie de sucre. D'après Les Echos, la multinationale a renoncé à fournir les Vénézuéliens en sodas sucrés. Les habitants n'auront plus trop envie de pousser la chansonnette avec la marque. "Les unités de production des boissons ne contenant pas de sucre telles les eaux et Coca-Cola Light ne sont pas impactées et continueront à opérer normalement" a toutefois déclaré Kerry Tressler, porte-parole du groupe. Les bureaux locaux et les centres de distribution de Coca-Cola ne fermeront pas. L'activité se poursuit au ralenti. Des discussions sont en cours avec le gouvernement vénézuélien pour trouver une solution de sortie de crise. Même si Coca-Cola n'est une victime parmi d'autres, c'est une mauvaise nouvelle pour le moral des habitants.

Coca-Cola : Pénurie de sodas sucrés au Vénézuela

Que se passe-t-il au Venezuela ? La république bolivarienne souffre de ce que les économistes appellent "la maladie hollandaise" ou la malédiction des ressources naturelles. 95% des recettes en devises du Venezuala dépendent des exportations de pétrole. Le pays est frappé de plein fouet par la chute brutale du prix des hydrocarbures. Il traverse sa plus grande récession depuis des décennies. La crise économique est à la fois énergétique et financière. L'instabilité s'est propagée au monde politique. Le président Nicolas Maduro désigne l'opposition et les entrepreneurs, comme personnae non gratae. Ces derniers invoquent des problèmes de devises et des difficultés administratives. L'autoritarisme fait son grand retour, avec la proclamation à la mi-mai de "l'état d'exception". Pendant que les politiciens s'affrontent, la rue est le théâtre de manifestations et d'affrontements violents. Pas de réalité virtuelle enchanteresse à partir de l'emballage de Coca-Cola cette fois. Pour "ouvrir du bonheur", le Venezuela attendra.

Source : LesEchos