Noël : Les excès des fêtes en vidéo

Ecrit par

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas et avec elles les excès. L'American Chemical society explique en vidéo ce qui se produit dans votre corps après tous ces repas copieux.

Noël approche et pour beaucoup d'entre nous cela évoque les lendemain à flâner le ventre plein et à subir les effets des longs repas copieux. Mais comment la science peut-elle expliquer ce qui se passe dans notre corps après avoir trop mangé ? L'American Chemical Society répond en vidéo à cette question. Quand vous mangez trop comme à noël, vous remplissez votre estomac de gaz, de nourriture, de boisson et d'air jusqu'à ses limites. Celui ci s'étire, touchant d'autres organes et créant une sensation étrange dans l'abdomen. Les boissons gazeuses, en plus d'augmenter la pression sanguine sont de fausses amies en matière de digestion. Riches en dioxyde de carbone elles comblent votre estomac de gaz et prennent de la place. Vous avez parfois une sensation de brûlure ? C'est normal. L'estomac produit de l'acide pour décomposer les aliments et les digérer. Plus de nourriture signifie plus d'acide pouvant remonter jusque dans l'œsophage.

Ballonnement, nausées, maux de tête, fatigue, aérophagie... Autant de symptômes pouvant survenir après vos repas de fêtes. La vidéo de l'American Chemical Society nous apprend comment notre cerveau agit sur notre faim en libérant certaines hormones agissant sur notre satiété. Mais les repas de noël sont de véritables défilés de bonne nourriture. Entre foie gras, saumon, chocolats et bûche, difficile de se limiter. Alors que certains avancent la théorie selon laquelle notre appétit est contrôlé par notre estomac, Robert Lustig, un professeur du département pédiatrie de l'Université de Caligornie explique pourquoi on mange trop pendant les fêtes. Une consommation excessive de sucre peut entraîner un dérèglement de l'hormone de faim. Ainsi on éprouve que tardivement la sensation de satiété. Alcool ou nourriture, faites donc preuve de modération. Laissez de la place pour l'épiphanie puis la chandeleur.