McDonald's France met de la salade de Normandie dans ses burgers

Ecrit par

Pour faire rimer fastfood avec qualité, McDonald's joue à fond la carte du made in France avec de la salade normande dans vos burgers.

En France, nous aimons vraiment les burgers. La preuve, nous en consommons 1 milliard chaque année... ça fait quand même près de 40 par seconde ! Face à cet engouement, McDo entend limiter son l'image de malbouffe qui colle au fastfood. Pour y arriver, le Graal s'appelle "produits locaux respectueux de l'environnement". Nous vous avions annoncé que McDo ne veut plus que des œufs pondus en plein air pour ses Egg McMuffin au p'tit déj'. Le géant américain du burger se fournit également déjà en viande auprès des producteur français. En tout, près de 70% des composants de votre burger sont français. Pour compléter le tour de table, McDo a signé un contrat avec Florette food service, filiale du groupe coopératif agroalimentaire Agrial installé à Caen (Calvados). Le contrat est valable trois ans. McDo achètera ses salades à prix fixes auprès de 14 producteurs.

McDonald's France met de la salade de Normandie dans ses burgers

McDo achète consomme 17 000 tonnes de salades tous les ans. La variété "iceberg" sert pour les burgers. Cette salade présente l'intérêt de rester croquante au contact d'aliments chauds. Tant mieux, parce qu'il n'y a rien de plus triste qu'une feuille de salade fanée et toute racornie dans un burger ! Dès 2017, McDo en achètera 500 tonnes par an aux producteurs normands. Le contrat inclut aussi la vente annuelle de 300 tonnes de la variété "batavia", soit 50% des besoins estivaux de McDo pour réaliser la salade Chicken Caesar. Les salades de McDo ont beau être plus caloriques que ses burgers, les clients en redemandent. Le prix de vente de toute cette production maraîchère est tenu secret, mais se situerait "dans la moyenne supérieure du marché" explique à Ouest France Ludovic Spiers, directeur général d'Agrial. McDo impose un cahier des charges exigeant, concernant la qualité et la protection de l'environnement (moins de pesticides). Ces accords permettent aussi aux producteurs d'envisager sereinement l'avenir.

Source : Ouest France