MasterChef 4 : Marie-Hélène en Interview pour meltyFood

Ecrit par

La jeune cuisinière a un beau parcours dans Masterchef et fait partie des meilleurs candidats. Nous l’avons rencontrée à son entrée au top 5.

Ce soir, dans Masterchef, vous allez découvrir le top 4 et de nombreuses saveurs thaïlandaises. Cette nouvelle saison est riche en rebondissements et les candidats montrent de belles capacités devant un jury très exigeant. Marie-Hélène, qui était en cuisine le 28 novembre, a un beau parcours dans l’émission. Malgré quelques frayeurs, elle a eu un beau parcours. A l’occasion de sa présence à Paris, nous avons pu la rencontrer. Et comme à la télé, c’est une personne très agréable et très drôle.

Que peux-tu nous dire sur ton parcours ? Je suis contente d’en arriver là. C’était intense. On a tout le temps le cerveau en ébullition car on cuisine toute la journée. Par chance, je n’ai jamais eu le coup de la page blanche et souvent de bonnes remarques. J’ai fais en fonction de ce que je savais faire. Je sais que je suis une amatrice, j’ai fais l’émission pour confirmer les choses. J’ai pris chacune des épreuves comme la dernière. Je suis dans l’émission comme je suis dans la vie. Je n’ai pas changé.

Quels ont été les pires et meilleurs moments de Masterchef pour toi ? Le meilleur moment, c’est le voyage en Guadeloupe. J’ai beaucoup aimé l’épreuve des senteurs sur le marché. J’ai aussi adoré le « frigo de la menagère ». Je me suis retrouvée en face à face contre des candidats très doués. Heureusement que nous sommes tombés sur cette epreuve. J’ai vraiment pu m’en sortir car j’ai cuisiné comme à la maison. La salade préparée est une salade que je fais souvent. L’épreuve familiale était aussi un beau moment. Cuisiner la fameuse blanquette de veau avec mon frère, c’était vraiment bien. Par contre, l’Opéra, c’était la pire épreuve. Une vraie tragédie grecque. C’était l’épreuve de tous les défis.

Que faut-il selon toi pour gagner Masterchef ? Plusieurs choses. Il faut pouvoir gérer sa fatigue. Le plus dur est de rester concentrer. Il faut aussi être assez réactif et très débrouillard. On doit pouvoir travailler vite. On doit aussi compter sur un plan B. Je pense qu’il faut aussi du talent et être très solide.

Comment ça s’est passé avec les autres candidats ? Avec Frédéric, Marc, Eric… On forme une vraie équipe. On a d’ailleurs gardé contact. J’ai cuisiné à Bordeaux avec les garçons il y a quelques semaines. Frédéric, c’est un grand ami et un bon technicien. C’est une belle rencontre.

Et à propos des jurés, sont-ils vraiment méchants ? Non, pas du tout. A chaque fois, Sébastien Demorand m’appelait « mémère ». Le chef Anton venait souvent dans les cuisines pour observer. C’était une chance de pouvoir travailler avec eux. Qu'en pensez-vous?

MasterChef 4 : Marie-Hélène en Interview pour meltyFood - photo
MasterChef 4 : Marie-Hélène en Interview pour meltyFood - photo