Le kimchi et le café arabe bientôt au patrimoine immatériel de l'Unesco

Ecrit par

Le café arabe, le kimchi, ou encore la culture de la cornemuse en Slovaquie seront bientôt inscrits au patrimoine immatériel de l’Unesco.

Alors qu’il faudra attendre encore quelques années pour que soit discuté l’entrée de la cuisine niçoise au patrimoine immatériel de l’UNESCO, le cru 2015 est actuellement à l’étude. En effet, la réunion du comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel aura lieu du 30 novembre au 4 décembre à Windhoek en Namibie. De nombreux dossiers seront étudiés dont le café arabe. Un sujet brulant présenté conjointement par les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, Oman et le Qatar. Même si le café dit "à la turc" n’a aucune origine géographique réellement identifiée. Idem pour le Kimchi nord-coréen. Ce mélange traditionnel à base de légume fermentés est proposée par le pays du nord uniquement parce que son rival du sud a réussi à inscrire sa version qui comprend des différences mineures il y 2 ans…

Le kimchi et le café arabe bientôt au patrimoine immatériel de l'Unesco

La question politique se pose forcément. A l’image du régime méditerranéen inscrit depuis plusieurs années mais disputé par tous les pays qui baigne dans cette mer, toute inscription est sujette à débat. Réel engagement pour la sauvegarde d’une culture locale ou argument touristique, la nuance est fine, mais l’UNESCO fait malgré tout le tri. Ainsi, la fabrication des sonnailles, sortes de cloches traditionnelles au Portugal, le glasoechko, chant d'hommes à deux voix dans le bas Polog en Macédoine, la tradition orale Koogere des Basongora, Banyabidi et Batooro en Ouganda ont eux été inscrits sur une liste d’urgence. Cela permettra rapidement le débloquage de fonds qui serviront à financer la préservation de ces traditions ancestrales en danger de disparition aujourd'hui.