Le binge-drinking, la faute à la génétique ?

Ecrit par

Une étude britannique révèle que le phénomène du binge-drinking aurait des explications génétiques, meltyFood vous en dit plus !

Chez meltyFood on vous avait parlé du principe du slow drinking à l'occasion de l'ouverture d'un bar étoilé sur le toit du BHV parisien. Mais vous êtes probablement plus familier du Binge-drinking son antagonisme ravageur, qui consiste à consommer une quantité record d'alcool dans un laps de temps très court. Eh bien d'après BBC News, qui rapporte les résultats d'une étude menée par une équipe de la prestigieuse université londonienne King's College, il y aurait une explication scientifique à l'existence du binge-drinking. Tout du moins une raison pour laquelle certains jeunes s'adonnent à cette pratique, au-delà du simple fait de vouloir "s'ambiancer" en soirée. D'après les scientifiques c'est le gène RASGRF-2 qui expliquerait le comportement des binge-drinkers !

Certaines personnes possèdent le gène RASGRF-2 dans une version altérée qui expliquerait que certains ne puissent résister aux sirènes du binge drinking. Gunter Schumann, le professeur qui a dirigé cette étude, menée sur 663 adolescents britanniques d'au moins 14 ans, explique que le gène RASGRF-2 contrôle la façon dont l'alcool stimule la sécrétion de dopamine par le cerveau, ce qui a inpact sur le mécanisme de récompense de ce dernier. "Si les personnes ont une variation génétique du RASGRF-2 , l'alcool leur donne un plus grand sens de la récompense, faisant d'eux avec de plus grande chance de grands buveurs". Mais attention la seule génétique ne suffit pas à expliquer les tendances alcooliques, les facteurs sociaux-culturels entre aussi en jeu. Et pour commencer gare au mélange du type alcool et boissons énergisantes, ces derniers pourraient être affectées par une taxe spéciale tant elles sont souvent associées aux binge drinking !

Le binge-drinking, la faute à la génétique ?

Alcool

Alcool
Plus d'actu surAlcool
shoko.fr