Le binge-drinking aurait des effets irréversibles sur le cerveau des jeunes consommateurs

Ecrit par

Le binge-drinking, cette mode qui touche majoritairement les 15-24 ans et qui consiste à boire un maximum d’alcool en peu de temps, aurait des effets dévastateurs sur le cerveau.

Le binge-drinking, ce fléau qui s’étend chez les 15-24 ans à majorité et qui consiste à boire un maximum d’alcool fort en un minimum de temps aurait de graves répercutions sur le cerveau. Selon les chiffres du Département de la communication de l'Union européenne rapportés par France TV Info, 28% de la population étudiante et 33% des 15-24 ans s’adonnent au binge-drinking au moins une fois par semaine. Si les premières analyses sur ce phénomène montraient déjà les graves conséquences sur la santé comme des insuffisances hépatiques ou une cirrhose du foie, une étude effectuée sur une durée d'un an montre les effets gravissimes de cette pratique sur le cerveau. 40 étudiants de deux universités différentes âgés de 18 à 25 ans dont la moitié pratique le binge-drinking, tandis que l’autre restait plus raisonnable ont répondu à des questionnaires, faits des IRM et des tests cognitifs sur un an d’intervalle.

Les premiers résultats affirment que chez les hommes, des perturbations au niveau de la connectivité neuronale dans la matière blanche sont clairement visibles, surtout que de grands changements ont lieu dans cette partie du cerveau à l’adolescence. Les conséquences sont principalement une plus grande difficulté d’apprentissage, de raisonnement, de compréhension, de lecture et donc une perte de performance pour la mémoire. Les femmes cependant, qui sont plus sujettes au binge-drinking, voient leur matière grise altérée. Selon les auteurs, "lors du recrutement des étudiants que nous avons fait à l'aide d'un questionnaire, 40% des hommes contre 16% des femmes étaient des binge drinkers sur environ 4.000 étudiants (…) il y a une banalisation du binge drinking qui mérite qu'on prenne ce phénomène très au sérieux". Nous rappellons donc plus que jamais que la consommation d’alcool, surtout en très grande quantité comme c’est le cas aujourd’hui, est excessivement dangereux pour la santé !