La pression pousserait les ados aux troubles alimentaires 

Ecrit par

La santé de nos ados nous préoccupe toujours. Cependant, portez une attention particulière à vos jeunes filles. Etudes, pression et hormones : leur corps est le souffre-douleur principal de toutes leurs angoisses.

Une étude a été menée dans la grande école de Woldingham dans le Surrey (Royaume-Uni). Les résultats ont montré que les jeunes femmes sous pression et avec de lourdes charges de travail étaient plus susceptibles d’être sujettes aux troubles alimentaires. Aussi, les hormones féminines favoriseraient le rejet de son corps à l'adolescence . Spécialement dans un cursus de hautes études, les jeunes filles pensent que pour atteindre un certain rang social, il leur faut impérativement être mince, quitte à se priver de nourriture pour y parvenir. Le hic : c'est qu'en se privant, elles multiplient le risque d'échouer dans leur scolarité... Et le cercle vicieux commence en général quand la jeune femme se sent dévalorisée. Voici une solution simple : des Instagram food pour lutter contre les troubles alimentaires.

La pression pousserait les ados aux troubles alimentaires 

Selon le NHS (Centre National de la Santé anglais) environ une femme sur 250 connait l'anorexie à un moment de sa vie,en général vers 16 ou 17 ans. La boulimie elle, est près de cinq fois plus fréquente que l'anorexie, essentiellement chez les femmes (90%). La maladie se développe généralement vers l'âge de 18 ou 19 ans. Les crises de boulimie en revanche affectent autant les hommes que les femmes et apparaissent plus tardivement, soit entre 30 et 40 ans. Les recherches menées l'année dernière par le Centre d'information protection sociale (HSCIC) ont démontré qu'une personne sur dix admise à l'hôpital à cause d'un trouble alimentaire était une femme de moins de 15 ans... Pour plus d'informations santé sur les adolescents, rendez-vous sur l'article obésité: croissance inquiétante chez les jeunes anglais. Protégez vos enfants

Source : dailymail.co