La nourriture, pas si réconfortante ?

Ecrit par

Une étude scientifique américaine publiée dans le magazine Health psychology révèle que "la nourriture de réconfort" n'a aucun effet sur le moral. Pire, elle favoriserait l'obésité, ou sans aller jusque-là, quelques petits kilos superflus.

Qui ne s'est jamais jeté sur un pot de glace, une tablette de chocolat, un pot de pâte à tartiner ou même une part de pizza après une journée difficile ou un coup de déprime pour se remonter le moral ? Personne. On se souvient tous de l'image de Bridget Jones sur son canapé avec un pot de glace après une rupture sentimentale, et on a tous, à un moment de sa vie, succombé à l'appel du sucre ou du gras. On sait déjà que certains aliments favorisent la déprime et que la consommation de fruits et légumes remonte le moral . Mais cette étude scientifique publiée dans le magazine américain Health Psychology tord le cou aux idées reçues et montre que même les aliments classiques agissent de la même façon sur le moral que la comfort food, tels que chips, chocolat, glace ou pizza.

La nourriture, pas si réconfortante ?

Cette étude s'appuie sur l'analyse du comportement de 100 étudiants confrontés à un film triste, afin de bien les déprimer. A la suite de la projection, un premier groupe pouvait manger de la "comfort food", et un autre groupe avait le choix d'une nourriture plus neutre, qu'elle appréciait. Le premier groupe s'est jeté sur la "comfort food", tandis que le deuxième groupe était plus hétérogène : un tiers des personnes a consommé d'autres aliments parmi leurs préférés, le deuxième tiers a opté pour des aliments plus neutres (comme les céréales, qui aident à vivre plus vieux) tandis que le dernier tiers ne consommait rien. Les scientifiques ont alors évalué le moral des étudiants et ont trouvé une amélioration dans chacun des groupes.

Les résultats indiquent que tous les étudiants avaient le moral au même niveau, qu'ils aient mangé ou non. "L'humeur des cobayes s'est juste améliorée avec le temps", analysent les scientifiques dans leur rapport publié dans la revue Health Psychology." Elle s'est améliorée de la même manière quelle que soit la nourriture qu'ils consommaient et qu'ils en mangent ou non." Cette étude est un pas significatif pour la lutte contre l'obésité, surtout quand on sait que c'est une maladie encore mal évaluée, et va mettre fin à certaines légendes urbaines concernant l'alimentation, et pas seulement sur les fast food. Donc en cas de déprime, jetez-vous sur des carottes râpées plutôt qu'un sachet de chips ou un pot de glace, votre moral évoluera de la même manière, en revanche votre corps vous remerciera.

La nourriture, pas si réconfortante ?