La Chine, deuxième producteur de vin après la France

Ecrit par

Vous pensiez que le France dominait le monde en terme de vignobles ? Détrompez vous. L’Espagne arrive en tête avec son million d’hectares suivie de près par la Chine comptant près de 800 000 hectares de vigne. Un classement étonnant révélé par l’Organisation internationale du vin.

Alors que la consommation de vin dans le monde va augmenter ces prochaines années, sa production n’est pas près de faiblir non plus. En grands amateurs de vin, les Chinois se sont dotés de 800 000 hectares de vigne devenant ainsi le deuxième vignoble mondial représentant aujourd’hui 11% des surfaces cultivées. Selon l’Organisation Internationale du Vin (OIV), la France n’arrive qu’en 3e position n’arrivant pas à s’imposer face à l’Espagne sur la première marche du podium avec son million d’hectares de vigne. Vous pensiez la France le pays comptant le plus de vignes au monde ? Détrompez vous. Les surfaces tendent à se réduire en Europe atteignant tout pays confondu près de 3,4 millions d’hectares de vigne soit une baisse de 21 000 hectares. Chez meltyFood on s’étonne d’un tel recul. La raison ? Entre 2008 et 2011, l'Union européenne avait adopté dans des logiques économiques et environnementales, un plan de régulation de son potentiel de production de vin réduisant de 94 000 hectares chaque année la surface de ses vignobles. Le Portugal et l’Italie ont servis d’exemple en la matière.

La Chine, deuxième producteur de vin après la France

Mais même si on n’arrive pas à s’imposer face à la Chine et l’Espagne en matière de taille de vignoble, le vin français continue à battre des records de ventes à l’étranger. En 2014 ce sont près de 104 millions d’hectolitres de vin qui ont été exportés à travers le monde. Les gagnants ? L’Espagne, l’Italie et la France qui représentent plus de la moitié des exportations, soit 56% comptabilisant 15,2 milliards d’euros. Des chiffres impressionnants qui ne sont pas près de faiblir. Pourtant les vignobles de la Chine et de l’Amérique du Sud ne cessent de croître et de se développer. Ce qui laisse présager une hausse de la concurrence dans la production de vin dans les années à venir. Mais le secteur du vin n’est pas épargné par la crise. Comme le rappelle l’OIV, la consommation de vin a connu un légère baisse l’an dernier avec 2,4 millions d’hectolitres en moins. Les effets de la crise économique et financière de 2008 n’ont pas encore permis le retour de la croissance de la consommation observée entre 2000 et 2007.