L'obésité liée au au manque de sommeil

Ecrit par

Vous dormez moins de 6 heures par nuit ? Gare à l’obésité. Selon une étude réalisée par le programme de recherche NutriNet-Santé et l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV), le risque de devenir obèse augmente de 50% si vous êtes un homme et de 34% si vous êtes une femme si votre sommeil ne dépasse pas cette durée. On vous dit tout sur ce constat alarmant.

Alors même que l’OMS vient de publier un rapport préconisant une food tax sur le produits gras afin d’enrayer l’épidémie d’obésité, une étude récente démontre le lien entre le manque de sommeil et l’obésité. Vous dormez moins de 6 heures par nuit et vous n’avez pas souvent sommeil ? Vous êtes alors, d’après les experts un petit dormeur, voire même insomniaque. Selon une étude réalisée par le programme de recherche NutriNet-Santé et l’institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) votre risque de devenir obèse augmente de 34% si vous êtes une femme et de 50% si vous êtes un homme. Des statistiques inquiétantes qui mettent clairement en évidence la corrélation entre les heures de sommeil et le poids. Chez meltyFood on s’étonne de telles conclusions même si depuis des années les scientifiques pointent du doigt cette relation cause à effet. Inutile de vous jeter cependant sur la boite de somnifères ou de vous forcer à dormir quand l’envie ne vient pas. En effet, les chercheurs ignorent encore si le manque de sommeil engendre l’obésité ou si c’est cette dernière qui réduit les heures de sommeil.

L'obésité liée au au manque de sommeil

Il semblerait donc que bonne santé et nuits un peu trop courtes n’aillent pas de paire.Encore mal évaluée aujourd’hui l’obésité frappe de plus en plus de personnes et ne cesse de se développer au fil des années. Même si de nombreuses recherches s’attachent à identifier les facteurs de cette maladie, les causes restent encore difficiles à déterminer. En quoi le manque de sommeil peut il bien influer sur le poids ? C’est très simple. Plus on est fatigué, plus on a tendance à s’orienter vers le grignotage d’aliments gras et sucrés appelés aussi "comfort food". De plus, le comportement alimentaire et le métabolisme sont tous deux perturbés et donc l’organisme n’est plus aussi compétent pour métaboliser les graisses. C’est donc un cercle vicieux. Le professeur Damien Léger, président de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance explique à France Info "Les courts dormeurs, les insomniaques sont à risque d’obésité très augmenté : entre 4 et 5 fois plus de risques. Et l’impact est dans les deux sens car l’alimentation joue sur le sommeil." Ne laissez donc pas vos petites nuits influer votre poids et n’hésitez pas à consulter un médecin pour vos troubles du sommeil.

Source : Manque de sommeil : facteur de l'obésité