L'étiquetage nutritionnel remis en question

Deux étiquetages pour un même produit ? La grande distribution veut proposer son propre étiquetage nutritionnel coloré face à celui plébiscité par la ministre de la santé. Des couleurs pour simplifier l'information et aider les consommateurs à faire les bons choix.

Le gaspillage alimentaire n’est pas le seul à faire bientôt l’objet d’une loi en France. En effet un projet de loi de santé examiné ce mardi 17 mars à l’Assemblée nationale prévoit l’adoption d’un code couleur spécifique pour renseigner le consommateur sur les valeurs nutritionnelles du produit. Face à cela, l’industrie de la distribution alimentaire ne compte pas se laisser faire et entend bien proposer son propre système coloré pour informer les consommateurs. La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) se défend d’un système mieux adapté et tenant compte de la fréquence de consommation des aliments. Une flèche verte viendra signaler un produit comme pouvant être consommé régulièrement tandis qu’une flèche violette recommandera au consommateur d’en manger occasionnellement.

L'étiquetage nutritionnel remis en question

Après la mention "fait maison" destinée au restaurateurs, le gouvernement semble bien déterminé à continuer dans la protection et l’information du consommateur. Même si l’application du texte prévu par le projet de loi sera facultative, les distributeurs reprochent une stigmatisation des aliments. Le nouvel étiquetage proposé rompt avec l’actuel jugé par certains associations de consommateurs comme un peu compliqué. Dans un communiqué de presse, l’UFC Que Choisir considère le nouveau modèle comme "bon révélateur de la diversité des produits" et qu'il constitue un "outil informatique et éducatif réellement au service des consommateurs, devenant même un véritable antidote efficace contre le marketing nutritionnel." Il devrait donc désormais être plus simple de faire les bons choix en terme de diététique une fois dans les rayons du supermarché.