KFC : Larguée, elle passe une semaine dans le fast food

Ecrit par

Une jeune chinoise de 26 ans passe une semaine, 24h/24 dans un restaurant KFC, après une rupture sentimentale difficile, commandant 7 fois par jour des frites et des ailes de poulet. Un bon coup de pub pour l'enseigne : le malheur des uns fait le bonheur des autres.

On réagit tous différemment face à une rupture sentimentale. Certains vont s'enfermer chez eux avec un 1kg de glace sur le canapé à regarder des films romantiques ou en écoutant à l'instar de Bridget Jones, "all by myself" pendant des jours entiers. D'autres vont écumer les bars afin de noyer leur chagrin dans quelques verres de cocktails. D'autres vont dépenser leur plan épargne dans les boutiques en compensant leur manque affectif par des jeans ou des chemises. Plus extrême encore, Tan Shen, une jeune chinoise de 26 ans, a préféré passer sa semaine dans son fast food préféré. Alors qu'on sait que la nourriture n'est pas si réconfortante, la jeune chinoise a mangé 24h/24, 7j/7 des frites et des ailes de poulet pour tenter d'oublier la rupture difficile. Heureusement qu'en Chine, les KFC sont ouverts 24h/24, car un tel fait n'aurait pas été possible en France.

KFC : Larguée, elle passe une semaine dans le fast food

Selon le journal Metro UK, Tan Shen avait besoin de temps pour réfléchir sur sa récente rupture et elle ne voulait pas retourner chez elle pour se retrouver face aux murs lui rappelant tous les souvenirs. Au bout de 3 jours les employés ont commencé à s'inquiéter, la voyant 24h/24, Jiang Li Lung, salariée du KFC raconte "Au début, personne ne l'a remarquée car on voit beaucoup de monde passer. Puis, j'ai réalisé que je la servais depuis trois jours et qu'elle n'avait jamais quitté le restaurant. On lui a demandé si elle allait bien. Elle nous a répondu qu'elle avait besoin de temps et a commandé une nouvelle boîte d'ailes de poulet et une grande portion de frites. Elle n'embêtait personne, alors on l'a laissée rester. Après tout, c'est une cliente qui paye, même si elle est un peu bizarre." L'arrivée des médias et la lassitude ont poussé la jeune chinoise à quitter l'établissement. Après avoir annoncé à son employeur qu'elle était malade, elle l'a ensuite informé de sa démission, préférant retourner vivre chez ses parents. Une triste fin qui rappelle qu'une rupture sentimentale fait toujours mal, surtout pour celui ou celle qui la vit. Quand on sait que la chine est le premier producteur de bière, on espère que la pauvre célibataire ne va pas se tourner vers l'alcool pour noyer son chagrin. Bien que médiatisée, c'est une histoire touchante, faisant un coup de pub à l'enseigne. Ironiquement, le malheur des uns peut faire le bonheur des autres.