Haribo, Banania, Uncle Ben's ... ces marques accusées de racisme

Ecrit par

Suite à la polémique autour du retrait d'une gamme de bonbons Haribo, meltyFood vous propose un focus sur ces marques s'étant trouvé dans une tourmente similaire, accusées de véhiculer des clichés racistes.

Remous dans le monde alimentaire avec la décision d'Haribo d'arrêter la production de bonbons noirs jugés racistes. Les bonbons en question reprennent l'esthétique des masques africains tels qu'on en voit dans l'art primitif. Ces bonbons étaient commercialisés en Suède et certains consommateurs ont exprimé leur mécontentement les considérant offensant. Le racisme est au centre de beaucoup de questions ces dernières années en Suède. Ce retrait fait en tout cas beaucoup parler, certains le jugeant abusif. Le problème du racisme dans le monde de la food n'est pas nouveau et concerne de nombreux pays. Que cela soit sur le plan des produits en eux même ou des pubs qui les entourent. meltyFood revient donc sur les polémiques culinaires en quelques exemples.

Plus d'actu sur HariboHaribo : Bonbons populaires par pays européen

Banania & Bamboula, des marques françaises controversées

Haribo, Banania, Uncle Ben's ... ces marques accusées de racisme

En France, c'est la marque de chocolat en poudre Banania qui a posé/pose problème. Née au début du XXème siècle, en pleine première guerre mondiale elle orne ses boîtes d'un dessin d'un tirailleur sénégalais. C'est dans les années 1970 que la marque adopte le slogan "Y'a bon". Tolé à l'époque car ce verbatim sonne raciste et résonne tel un symbole du colonialisme. Il faudra attendre 2006 pour que le sologan commence à être retiré de tous les produits de la marque. Beaucoup plus récent, à la fin des années 1980, la marque Saint-Michel commercialise un biscuit intitulé Bamboula. Un terme qui désigne un tambour affricain ou la danse qui l'accompagne mais qui passe très mal puisqu'il est aussi utilisé de manière péjorative pour désigner les personnes de couleur noire. Des biscuits qui disparaitront au cours des années 1990 mais seront recommercialisés des années plus tard sous un autre nom.

Des pubs de fast-food qui jouent sur des clichés racistes

Haribo, Banania, Uncle Ben's ... ces marques accusées de racisme
Haribo, Banania, Uncle Ben's ... ces marques accusées de racisme

Du côté des Etats-Unis, ce sont les marques Uncle Ben's et Aunt Jemina qui ont été accusé de véhiculer des clichés sur les afro-américains. Certaines pubs promouvant certaines marques food ont elles aussi connu quelques tollés. C'est le cas de la campagne de Mary J Blige pour Burger King. Le spot publicitaire de la chanteuse va carrément être censuré. Le fait qu'une femme afro-américaine puisse chanter une ode pour un produit contenant du poulet a choqué bien des gens Outre-Atlantique. Idem pour une pub de KFC en Australie cette fois-ci. Cette pub intitulée "Le guide de survie à un match de criquet par KFC" mettait en scène un homme blanc entouré de personnes de couleur noire. Celui-ci, décontenancé par les chants et danse autour de lui sort un bucket pour "survivre" donc. On vous laisse juger ci-dessus ces deux publicités.

Jouer avec des clichés de représentation de minorités ethniques est toujours un risque à prendre pour une marque. Certains y voient un frilosité un brin ridicule alors que d'autres y décèlent un racisme latent de plus en plus prégnant. Quand on voit déferler une avalanche de pub sexistes ou les déclarations choc du PDG de Barilla expliquant qu'il n'y aurait pas d''homosexuels dans les pubs de la marque de pâtes, il est certain que les préjugés ont encore un bel avenir dans le monde de la food. Les marques ont en tout cas intérêt à faire attention au faux pas car ils peuvent leur coûter très cher. On se souvient en effet que le boycott de Jay Z des champagnes Cristal de la maison Louis Roeder, ont fait disparaître la marque des gosiers du gotha du hip hop américain !