Gaspillage alimentaire, un rapport préconise de nouvelles mesures

Ecrit par

Dans un rapport remis au Gouvernement mardi dernier, l'ex-ministre de l'agroalimentaire Guillaume Garot soumet une liste de propositions pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Le gaspillage alimentaire, bientôt sous le poids d'une loi française ? Tel est le projet dont vous a parlé meltyFood dans un précédent article et qui risque bien de se concrétiser prochainement. Dans un rapport remis à Ségolène Royal et Stéphane le Foll le 14 avril 2015, Guillaume Garot, ex-ministre de l'agroalimentaire, soumet une liste de propositions pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Objectif : le réduire de moitié d'ici à 2025, un enjeu économique de taille quand on sait qu'un Français jette entre 20 à 30 kg de nourriture par an, soit entre 12 et 20 milliards d'euros partant en fumée (chiffres publiés dans ledit rapport). Parmi les mesures suggérées figurent la plus importante d'entre elles : l'interdiction pour les grandes surfaces de jeter ou de "javelliser" les aliments invendus, assortie d'une échéance de mise en œuvre sous peine de sanctions en cas de "non-respect ou de mauvaise foi manifeste". Leur sont donc demandées de mettre tous les moyens en œuvre pour éviter toute destruction de denrées consommables : rayons anti-gaspi, dons aux associations, recyclage en alimentation animale ou encore sous forme d'énergie.

Gaspillage alimentaire, un rapport préconise de nouvelles mesures

Par ailleurs, d'autres mesures ont été soumises afin de responsabiliser tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Pour les consommateurs, par exemple, l'ex-ministre propose d'adapter les portions à la demande, de promouvoir le doggy bag via une campagne de communication nationale et d'apposer des QR codes sur les étiquettes pour une meilleure compréhension des informations mentionnées (durée de vie, modalités de conservation etc). Du côté des producteurs, le rapport préconise d'élargir la défiscalisation aux produits transformés pour les inciter à donner leur surplus en cas de surproduction et d'aléas économiques. Enfin, pour faciliter la mise en œuvre de ces actions, Guillaume Garot suggère de créer une agence de lutte contre le gaspillage alimentaire. Bref, les idées ne manquent pas pour lutter contre le gaspillage alimentaire mais, depuis la signature du Pacte national, l'heure est venue de passer aux choses sérieuses pour la ville de Paris. Reste donc à voir si ces propositions vont être adoptées dans les mois à venir.