Francos Gourmandes : Flora Mikula, Alexis Braconnier et Benoit Castel, rencontres avec les chefs 

Ecrit par

Le festival des Francos Gourmandes à Tournus, alliant gastronomie et musique, a vraiment été l’occasion de découvrir les chefs sous un autre jour. meltyFood a recueilli leurs impressions sur l’événement !

Le festival des Franco Gourmandes c’était ce week-end à Tournus. Un événement unique où les sets musicaux étaient alternés avec des défis mettant en scène de grands chefs devant cuisiner sur scène. Juste avant le début du festival, nous avons justement rencontré Alexis Braconnier qui nous a expliqué la vraie difficulté de l’exercice. L’ancien Top Chef, qui s’est depuis spécialisé dans la formation pour les amateurs et qui devrait malgré tout ouvrir son restaurant à la rentrée, aime particulièrement le concept. "Je m’attends vraiment à pouvoir m’éclater, parce que y a beaucoup de chefs que je connais, c’est donc vraiment une histoire de potes (…) et je pense que le public va vraiment le ressentir qu’on est heureux d’être là, c’est vraiment une ambiance très conviviale". Il est tout de même difficile parfois pour un chef qui est en général dans son restaurant de faire le show ainsi devant un public de près de 18 000 personnes comme c’était le cas ce week end. Alexis ajoute donc que "si à ce genre événements tu n’aimes pas la proximité avec le public tu ne viens pas. C’est très dur pour ceux qui ne sont pas à l’aise ou qui sont timides."

Flora Mikula, la marraine des Francos Gourmandes 2015, n’en n’était pas à son coup d’essai. Présente déjà l’année dernière, elle raconte que l’on "sentait que le public passait du spectacle au show culinaire sans problème. En plus c’est bien réparti, l’un n’empiète pas sur l’autre". Sur les francos, la marraine ajoute "qu'en plus de l’intérêt un peu nouveau des gens pour la gastronomie, on mange très mal en général sur les festivals, donc autant allier les deux. Ça permet aussi d’ajouter chaque année quelque chose de nouveau en lieu avec les tendances, comme cette fois-ci avec les food trucks". Sur son rôle de marraine, elle l’explique en rappelant qu’elle a elle-même "quitté un établissement sur l’Avenue Georges V pour créer un lieu plus abordable et plus convivial."

Cette année, une place importante a été donnée aux enfants, qui ont pu profiter durant toute l’après-midi du 2e jour de shows culinaires qui leur étaient dédiés. Grégory Cuilleron, qui vient d’ailleurs de sortir un livre sur la découverte de la cuisine pour les plus jeunes a animé avec Benoit Castel un atelier pâtissier où il a cuisiné avec de jeunes gastronomes. "C’était rock’n’roll comme démo, on sent aujourd’hui que les enfants sont plus sensibilisés à la cuisine qu’une autre génération, en partie grâce aux émissions de cuisine", précise le chef. "C’est un vrai plaisir de le faire : garder les choses pour soi ça n’a aucun intérêt, et en plus ceux qui n’ont pas forcément le cadre idoine pour développer ce genre de passion, c’est bien de leur donner quelques éléments pour qu’ils puissent le faire par la suite". Bref, deux jours pour célébrer la musique et la cuisine que nous sommes pressés de retrouver l’année prochaine. Qu'avez-vous pensé des chefs présents aux Francos Gourmandes?