Facebook et Twitter, de nouveaux facteurs d'obésité?

Ecrit par

Après la prise de repas devant la télé, les réseaux sociaux sont maintenant pointés du doigts comme susceptibles d’aggraver l’obésité. Et si c'était un peu plus compliqué que cela ?

Depuis plusieurs années, le fait de regarder télé, de jouer aux jeux vidéos ou encore d'être sur son portable a été pointé du doigts comme facteur aggravant le phénomène d'obésité. En effet, nombreux sont les résultats qui ont prouvé a quel point les écrans pouvaient être néfastes sur notre santé, et notre poids . Aujourd’hui, c’est une étude britannique publiée dans le British Journal of Nutritional qui inquiète les nutritionniste. En effet, celle-ci explique le lien entre l'utilisation des réseaux sociaux et prise de poids, particulièrement chez les adolescents. Il semblerait que les jeunes qui soient régulièrement connectés sur Facebook, Twitter, Instagram and co… soient plus enclin à sauter le petit-déj et, à consommer des boissons énergétiques à la place.

Facebook et Twitter, de nouveaux facteurs d'obésité?
Les réseaux sociaux, activateurs de gourmandise ?

Aussi, les professionnels de la médecine s'interrogent sur la capacité de nos lectures à influencer nos choix une fois le moment du repas arrivé. Et bien que les pages de régimes et d'entrainement de sport aient la côtes en ce moment, et particulièrement sur Instagram, les images et les articles qui rencontrent le plus de succès restent encore ceux qui parlent de "foodporn" et de burgers. On peut donc se demander dans quelle mesure des images gourmandes et des articles alléchants peuvent donner plus envie de manger un individu que celui qui n'a pas été en contact avec ce genre de contenu.

Ce qu'en disent les chiffres

Aujourd'hui, Mark Zuckerberg, créateur et directeur de Facebook explique que la moyenne d'utilisation de Facebook par jour est de 40 minutes par jour. Mais concernant les jeunes de 15 à 25 ans, Facebook occupe une place beaucoup plus omniprésente, et on ne pense pas se tromper en affirmant que les 40 minutes énoncées doivent être largement dépassées chez certains. De plus, on sait que la tranche d'obésité a doublé en 30 ans sur l'ensemble de la planète avec en 2012, presque un tiers d'enfants et d'adolescents est en surpoids. Malheureusement, le lien de cause à effet est évident pour beaucoup.

Gare aux raccourcis

Mais il faut bien préciser que le poids des étudiants "connectés" n’a pas été mis en relation directement avec leur présence sur les réseaux sociaux. Simplement les tendances de leur consommation, qui entraîne par la suite des comportements à risque d’obésité. Il faudrait d’avantage sur l’éducation alimentaire. Eh oui : si ce n’était pas le mode de vie général qui influence la consommation de réseaux sociaux et de mal nutrition, et non l’un sur l’autre ? Par exemple, une personne qui va passer sa soirée à “chiller” sur Facebook et pas à faire un match de volley ou à sortir, se dépensera moins et sera enclin à prendre du poids. A notre sens, il faut prendre les résultats de ces études avec précaution et réfléchir sur les comportements à éviter pour rester en bonne santé, à savoir pratiquer une activité physique régulière et avoir un mode de vie sain. Consultez l'ensemble de nos articles Obésité par ici.