Chocolat : Il faut manger sa tablette en une fois

Ecrit par

Cette nouvelle risque de faire plaisir aux gourmands et surtout aux amateurs de chocolat. Le risque de souffrir d’obésité serait moins important si on mange une tablette de chocolat en une seule fois

Lorsque vous tombez sur du chocolat, vous ne pouvez pas vous stopper et vous êtes capable de finir la tablette ? Sachez que vous avez bien raison et votre gourmandise n’est pas un vilain défaut cette fois ci ! Si le chocolat noir est l’allié idéal pour une bonne concentration, il est clairement aussi très bon pour la santé. Une étude australienne vient de démontrer que les risques de prendre des kilos sont moins importants si la tablette de chocolat est mangée en une seule fois. La raison : lorsque des calories sont ingérées en quantité importantes, le taux métabolique croît de manière importante afin que l’organisme puisse faire face à cet excès. Ce principe est expliqué par Amanda Salis, chercheuse à l’université de Sydney : "Si vous absorbez toutes les calories (du chocolat) en une seule fois, l’organisme sera davantage susceptible d’activer ce processus (de thermogénèse adaptative) et ainsi de vous protéger contre la prise de poids".

Chocolat : Il faut manger sa tablette en une fois

D’après cette étude, tout dépend cependant du métabolisme de chacun. Cela paraît logique, même si un groupe de personnes mange la même chose au quotidien, leurs gabarits physiques ne seront pas forcement les mêmes. La nature est injuste mais ainsi faite. Quand certaines personnes peuvent manger ce qu’elles veulent sans prendre un gramme, d’autres prennent du poids plus rapidement. Pour Amanda Salis, il est surtout important de ne pas se frustrer : "D’un point de vue psychologique, il est important de manger à sa faim et de s’autoriser un plaisir, sinon cela risque de conduire à de l’hyperphagie". Les grignotages sont donc tolérés, tant qu’ils restent occasionnels. Et si vous doutiez encore de ses bienfaits, sachez que manger du chocolat permettrait de tomber enceinte rapidement.

Source : Université de Sydney