Anorexie : Rejet de l'amendement concernant les mannequins

Ecrit par

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a rejeté mercredi 18 mars un amendement au projet de loi sur la santé interdisant certains mannequins trop maigres de défiler ou de poser. Même si la lutte contre l’anorexie et les troubles de l’alimentation est au coeur de tous les débats, elle ne semble pas faire l’unanimité auprès des députés qui avancent une discrimination à l’embauche.

Même si selon certains experts, la maigreur est un problème génétique, il n’en demeure pas moins que l’anorexie et les troubles de l’alimentation constituent un problème récurrent dans le milieu de la mode et du mannequinat. Si bien qu’un projet de loi sur la santé avait été déposé, interdisant certains mannequins jugés trop maigres de défiler ou même de poser dans les magazines. Olivier Véran, neurologue au CHU de Grenoble et député PS proposait dans une premier amendement d’apporter une modification au code du travail en contraignant les agences de mannequins d’engager des modèles en fonction de leur indice corporel. Celui-ci devait être supérieur à 18. En cas d’infraction, l’employeur se serait vu imposer une peine de 6 mois d’emprisonnement et 75 000€ d’amende. Une infraction couteuse et pénalement sanctionnée qui n’a pas fait l’unanimité au sein de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale qui a rejeté mercredi 18 mars cet amendement. La raison ? Les députés estiment que cet amendement aurait créé une discrimination à l’embauche.

Anorexie : Rejet de l'amendement concernant les mannequins

Mais il n’y a pas que les mannequins qui souffrent de l’anorexie. Lady gaga, Amanda Bynes, Lucy Hale, Kesha… De nombreuses stars ont souffert de troubles alimentaires afin de se conformer au prisme de l’esthétique et afficher une image qui plairait aux médias. Chez meltyFood on trouve l’idée d’un encadrement législatif de ces problèmes de santé nécessaire afin d’enrayer le cercle vicieux opéré par les agences de mannequins. Car en plus de favoriser le culte de l’extrême minceur, les agences mais aussi les médias poussent les adolescents et les femmes à leur ressembler. Selon La dépêche, un autre amendement déposé par Catherine Coutelle, présidente de la délégation aux droits des femmes à l’Assemblée a été refusé par les députés. Il avait pour objectif de créer un délit d’incitation à l’anorexie notamment sur internet. Avec 30 000 à 40 000 personnes souffrant d’anorexie en France, il est important de lutter contre l’image d’une extrême minceur véhiculée par les médias dont l’impact social a des conséquences dramatiques sur la santé de nombreux adolescents.

Source : Un amendement de la loi anti-anorexie rejeté par les députés