Air Food Project

Air Food Project : Interview exclu d'Olivier Berthe, président des Restos du Coeur

Publié par
Cindy David
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 4 min
No thumbnail

C'est aujourd'hui que le Flashmob du AirFood Project a lieu partout en France. Les Restos du Cœur participe à l'évènement avec une grande détermination. Nous avons pu nous entretenir en exclusivité avec Olivier Berthe, le président des Restos du Cœur.

Comme vous le savez, le AirFood Project organise un grand flashmob partout en France.Pour les parisiens, c'est au Trocadéro que les Banques Alimentaires, le Secours Populaire, la Croix-Rouge Française et les Restos du Cœur se sont donnés rendez-vous. En marge de l'évènement, nous avons voulu en savoir plus. Nous nous sommes donc entretenu en exclusivité avec Olivier Berthe, le président des Restos du Cœur. Il nous a parlé des abus de certains bénéficiaires des Restos, des engagements du président Hollande et aussi des polémiques qui entourent les Enfoirés.

Quelle est la situation actuelle des Restos du Cœur ?

La situation est très difficile et nous sommes très inquiets. Chaque semaine, les bénévoles comparent les chiffres par rapport aux années précédentes et ce début d'année n'est pas bon. Nous nous sommes rendu compte que par rapport à 2012, il y avait 10% de personnes en plus inscrites aux Restos du Cœur. Nos bénévoles sont donc encore plus mobilisés qu'avant.

Coluche, fondateur des Restos

Il y a eu des rumeurs d'abus concernant certains bénéficiaires des Restos du Cœur. Comment faîtes-vous pour limiter les risques ?

L’an dernier, nous avons accueilli 870 000 personnes et sur ces 870 000 personnes, en tant que responsable, je ne vous dirai jamais que l’un d’entre eux profite. Ensuite, il est probable qu’il y ait quelques personnes qui trichent un petit peu avec nos règles. Mais chaque inscrit aux Restos du Cœur est accueilli par un groupe de bénévoles. Ce groupe vérifie que ses conditions de ressources peuvent lui permettre de bénéficier des Restos. Ceci permet d’aider les personnes qui sont les plus démunies. C’est comme ça que nous vérifions qu’il n’y ait pas d’abus et puis surtout, le plus important, nos produits sont de bonnes qualités nutritionnelles mais ça restent des produits de base. Faire la démarche de venir dans un des centres est très difficile. Je pense qu’il y a beaucoup plus de personnes qui pourraient bénéficier de l’aide des Restos et qui par honte et par pudeur n’osent pas venir.

Aujourd'hui a lieu le AirFood Project, pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Le Air Food est une idée que nous avons lancée avec quatre associations mi-octobre. Il y a un concept phare qui consiste à faire semblant de manger dans un espace public et rapidement dire que si on ne se mobilise pas, dans un an, il y a 18 millions d’européens qui ne feront plus semblant. C’est à la fois une démarche symbolique mais c’est aussi une démarche citoyenne. Il faut montrer à l’opinion publique qu’il y a de très gros enjeux sur l’aide alimentaire européenne

Pourquoi une telle mobilisation et à ce moment précis ?

Si cette mobilisation a lieu le 4 février c’est parce que le 7, les Chefs d’Etats européens se réunissent et c’est à ce moment-là qu’ils vont décider de poursuivre ou d’arrêter l’aide alimentaire européenne. On n’a aucune certitude que cette aide alimentaire se poursuive au-delà de 2013. Si le budget européen ne comprend pas de nouveau programme d’aide – qui existe depuis 25 ans- ça s’arrête pour sept ans. Cette aide alimentaire concerne 18 millions de personnes en Europe dont trois millions en France. C’est un combat crucial.

En quoi consiste ce partenariat entre les quatre associations ?

Ce sont les associations qui aujourd’hui reçoivent l’aide européenne. On a des structures différentes mais on poursuit le même objectif : aider les plus démunis à s’en sortir. On regroupe des dizaines de milliers de bénévoles. Sans l’existence de ces associations, il y aurait trois millions de français qui ne mangeraient pas à leur faim et probablement des conséquences sociales et sur la santé. Et si nous n’avons plus les ressources nécessaires pour aider ces gens, il y aura une catastrophe humanitaire à partir de 2014.

Avez-vous eu des contacts avec François Hollande ?

Oui, bien sûr. François Hollande nous a reçus au début du mois de novembre. On lui a présenté tous les enjeux de la défense de ce programme. A l’issue de cette rencontre, l’Elysée a publié un communiqué de soutien et précisé que le Chef de l’Etat s’engagerai à défendre ce programme. Nous avons aussi rencontré des ministres. Jean-Marc Ayrault et venu au lancement de la nouvelle campagne des Restos. Il y a une dizaine de jours, nous avons rencontré Claude Bartolone et les six groupes parlementaires français, toutes tendances politiques confondues. Cela fait trois mois que l’on demande à l’ensemble des élus français et européens de nous soutenir.

Les Restos du Coeur

En ce qui concerne les Enfoirés, que répondez-vous face aux critiques ?

Les Enfoirés ne sont pas payés. Ils viennent gratuitement. La plupart d’entre eux ont bloqué leur agenda une à trois semaines comme Jean-Jacques Goldman. Leur participation aux Restos leur coûte beaucoup d’argent. Ils le font dans le plus grand désintéressement. Ils acceptent de chanter quelques passages d’une chanson et parfois même rien du tout. Ils viennent avec l’esprit que le spectacle soit le plus populaire possible et que ça rapporte beaucoup d’argent. Les Enfoirés ont rapporté 25 millions d’euros l’an dernier. En ce qui concerne les hôtels, la plupart sont des partenariats. Toute la polémique autour de ça c’est la plupart du temps le reflet des aigreurs de certains artistes pas ou plus suffisamment populaires pour faire partie des Enfoirés.

À lire aussi
Air Food Project : Palmashow et Airnadettes en Interview Exclu
À lire aussi
Nikos Aliagas, Denis Brogniart... soutiennent le Air Food Project
À lire aussi
Thierry Marx s'engage pour le AirFood Project (Vidéo)
À lire aussi
The AirFood Project : Flashmob le 4 février
À lire aussi
Air Food : Participez au Flashmob partout en France
À lire aussi
Karim Benzema s'engage pour le AirFood Project (Vidéo)
Encore plus de contenus
Food Life

Ces aliments non-périssables à avoir

En cette période de confinement, faire ses courses est devenu une activité qui nécessite plus de préparation que d'habitude. Par contre, nous vous déconseillons de faire des stocks en quantité déraisonnable. Et dans cette logique nous avons établi une liste d'articles qui ne doivent plus se retrouver à la poubelle, en effet certains produits peuvent être consommé au delà de la date recommandée de consommation.

Ces aliments non-périssables à avoir
Food Life

Les plats les plus caloriques au monde

Quand l’envie de manger se présente, rare sont ceux qui vont réussir à se contenir face à la tentation de certains plats appétissants mais surtout très gras. On connait très bien la mélodie : Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour, pratiquez une activité physique régulière, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé, évitez de grignotez entre les repas. Tout ceci perd son sens devant les plats que nous vous présentons. Voici un petit florilège des plats les plus caloriques au monde. 

Les plats les plus caloriques au monde
Air Food Project : Interview exclu d'Olivier Berthe, président des Restos du Coeur
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible